Vendredi 1er avril 2011 8ème jour de reprise de la grève de la faim (22 J depuis le 7 mars) d'Alain VALSECCHI

Publié le par collectifdu15mars

C'est jour de fête les amis!

Enfin je peux savourer cette journée ainsi que toutes celles qui suivront, puisque j'ai été satisfait sur toute la ligne. Je vais pouvoir envisager ma vie et surtout faire avancer mon activité de manière positive car, boosté comme je le suis maintenant, tout est enfin réuni pour que les choses aillent comme elles auraient déjà du aller depuis 5 ans.

Vraiment satisfait sur toute la ligne.

En premier lieu mon maintien dans le logement de NEVACHE avec un paiement de complément de loyer en adéquation avec mon revenu actuel, c'est à dire de 50 euros/mois, jusqu'à ce que mon activité devienne suffisamment rentable pour ensuite me sortir de cet engrenage d'aides sociales d'ici 12 à 18 mois comme il l'avait été prévu dans le plan de trésorerie initial. J'aurai aussi d'ici la fin mai le financement complet que je souhaitais, sous forme de prêt remboursable sur 60 mois, que je résorberai certainement en 3 ans au lieu de 5. Je pourrai ainsi dans 2 ou 3 ans quitter ce logement social pour laisser ma place à quelqu'un en ayant besoin comme je l'ai eu, pouvant dorénavant payer un loyer "plein pot" et devenu un nouveau contribuable. Avec en couronnement la joie suprême d'exercer mon activité de compositeur/producteur musical dans de bonnes conditions et en totale autonomie...

Maintenant, redescendons les pieds dans la réalité de cette maudite contrée. Puisque ce que je vous ai rédigé précédemment ne relève que du fantasme, n'étant qu'un "poisson d'avril" que je me suis infligé à moi-même. Ma juste satisfaction réside, qu'aucun de ceux des responsables ou décideurs des instances, services ou organismes que je sollicite depuis tout ce temps, n'ont eu l'extrême cruauté de me faire ce coup là... C'est tout du moins déjà ça.

Mais quand même, je suis encore en droit d'en rêver. Peut-être, que l'un d'entre eux ou même tous liront ces lignes et qu'un déclic se produira chez eux. Qu'ils comprendront que le meilleur moyen de régler cette absurde situation est de répondre par ses solutions, de surcroît plus légitimes et rationnelles qui soient. Que c'est en provoquant un élan positif et optimiste que l'on peut éliminer un problème au lieu de s'arquebouter dans une négation autoritaire et une position de soi-disante impossibilité à répondre à ce problème en restant sourds ou autistes...

Mais peut-être préfèrent ils continuer à faire végéter tout un tas de gens comme moi dans la précarité et le désespoir, en nous ignorant ou nous méprisant depuis leur tour d'ivoire ou encore en continuant à faire croire qu'ils n'ont pas les moyens nécessaires et à disposition pour y remédier? C'est certainement pour ces mêmes raisons qu'ils arrivent à attribuer, et non en prêt comme je le demande mais en subventions, 1 300 000 euros pour financer un parcours à illustration sonore (évoquant si je me souviens bien par le reportage que j'ai pu voir aux infos  régionales de FR3 , les anecdotes historiques entre LOUIS XIV et VAUBAN) sur des pistes du briançonnais. Projet qui relève certainement d'un intérêt public et général crucial et le pire avec tout ça c'est que cela ne doit pas être certainement le seul de cet ampleur...

Tiens à propos, avec une telle somme, combien d'activités de l'importance de la mienne, on pourrait financer (surtout quand il ya prés de 2500 personnes vivant comme moi avec 400 ou 450 euros par mois dans le département)? Qui plus est en prêts remboursables sur 5 ans pour la plupart et donc récupérables... N'y at-il pas de quoi méditer sur la question? Et en plus, n'est ce pas de l'argent public et donc celui des contribuables?

Au nom de quoi mais surtout de qui, sont prises de telles décisions et soi-disantes priorités de financement? 

Comme vous voyez il y a un certain nombre de questions à se poser et surtout à poser à ceux qui en sont les responsables... 

Alors je me permets de leur dire comme pour les prévenir: "qu'ils prennent garde à leur aveuglement, leur condescendance et leurs convictions d'impunité qui leurs ont embourbé l'esprit, ils risquent de le payer trés cher et au prix fort...car leur comportement ne fait qu'ajouter rancoeur à la rancoeur qui se transformera en une colère dévastatrice et haineuse, qu'il sera pour eux bien trop tard pour y échapper. En continuant ainsi, c'est à dire en bafouant les droits les plus élémentaires appartenant à tout citoyen de ce pays tout en ne respectant pas ou si peu leurs droits et les devoirs dus aux institutions de notre démocratie républicaine, ils ne peuvent qu'espérer que cette période actuelle, au goût trés prononcé rappelant historiquement 1788 , dure suffisamment longtemps pour qu'ils puissent sauver leurs fesses!".

Pour vous relater tout ça, j'ai été accompagné par WIM MERTENS "Minimachta" et LUDOVICO EINAUDI "Nightbook".

Enfin et donc en conclusion, je continue à aller mieux que mal... C'est un peu long cette situation tout de même et je ne cache pas qu'hier j'avais un peu le moral dans les chaussettes....

Je vous salue.

A PLEURER A EN RIRE ET SALUT LA SOCIETE!!!

 

 

A suivre ...

 

 

Commenter cet article