D/ Lettre manuscrite du 25 janvier 2010

 

Copie de la lettre manuscrite remise en main propre au servive attitré directement , et adressé à Mr. JEAN-YVES DUSSERRE Président du Conseil Général des Hautes-Alpes .

(Lettre rédigée et remise le 25 Janvier 2010) .

 

Monsieur ,

n'ayant toujours reçu aucun signe d'une éventuelle possibilité de réunion pluridisciplinaire de toutes les parties concernées ,(c'est à dire la CDAPL , l'OPH05 , les services sociaux et de solidarité du Conseil Général), pour un tour de table en ma présence et empreint de bon sens , je vous relance de nouveau tout en accompagnant cette lettre des documents et courriers dont ma situation fait l'objet depuis ces deux dernières semaines , exprimant ainsi son urgence .

Même si ce dernier vendredi aprés-midi (le 22 janvier) j'ai été reçu par l'assistante sociale qui m'est déléguée ,Mme COMBET , m'ayant à nouveau proposé un plan de Fond Solidarité Logement (FSL) que j'ai refusé pour le motif qu'il ne résout en rien ma situation à long terme si ce n'est que de me projeter sur un sursis de deux mois , compte tenu de mes ressources , pour me retrouver dans l'exacte et même position soixante jours plus tard !

En attendant comme solution , la CDAPL n'a rien trouvé  de mieux , pour précipiter ma situation , de me suspendre l'APL la semaine dernière (lettre de la CAF du 13 janvier 2010) sans aucune concertation avec moi , qui suis tout de même le premier concerné !! C'est comme si l'on me faisait subir une double peine , en plus de celle de mon impossibilité d'honorer mes compléments de loyer manquants !!! Est-cela le genre de solution préconisée et le devoir d'une Commission des Aides Publiques Pour le Logement ?

Je vous joins aussi la documentation relative à l'avis d'huissier (avec toutes les menaces que cela suppose et dont je fais l'objet , une copie est déjà dans les mains de Mr.TRUPHEME , votre directeur du service solidarité de votre Conseil Général) relevant de l'action de L'OPH05 , qui équivaut en somme à une triple peine pour moi , me menaçant ainsi des conséquences d'une éventuelle expulsion , c'est à dire la porte grande ouverte à l'exclusion ou à la clandestinité sans parler de la mise à sac en règle de tout les efforts déployés depuis cinq ans pour l'aboutissement de mon projet , fiabilisé et crédibilisé par certains des organismes et services dépendants de votre Conseil Général , UN COMBLE!!!

Enfin , à tout ceci , je vous joins aussi le rapport et résumé explicatif et détaillé de ma situation que je souhaiterai qu'il en soit remis une copie à chaque organisme et service concernés et devant être présents à cette réunion pluridisciplinaire .

Compte tenu de la situation critique dans laquelle on est en train de m'acculer , malgré tout les efforts que je déploie à saisir le bon sens de chacun pour une étude sérieuse et indispensable d'une solution à long terme , je me verrai dans l'obligation de saisir toutes les instances possibles et compétentes de la justice , n'ayant plus d'autre alternative , afin que me soient garantis les droits élémentaires mentionnés dans l'article 25-1 de 1946 et réaffirmé par la loi du 31 mai 1990 dans l'article 1er du Préambule de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme faisant parti de la Constitution Française ,

Très respectueux encore de votre fonction .

 

ALAIN VALSECCHI   L e25/01/10