B/ Lettre A/R président du conseil général 21 décembre 2010

 

Copie de la lettre adressée en A/R à Mr. JEAN-YVES DUSSERRE , Président du Conseil Général des Hautes-Alpes le 21décembre 2009

(En suite à sa non réponse à une première lettre A/R lui ayant été adressée le 02 novembre 2009).

 

Monsieur ,

je me permets avec ce second courrier en A/R de resolliciter votre attention à mon sujet , en espérant cette

fois-ci que vous donnerez suite à ma demande , que cela soit par vous personnellement ou par un de vos proches collaborateurs (attendant encore votre réponse depuis début novembre dernier) !

En août 2007 , pour pratiquement les mêmes raisons , j'avais sollicité Mr. MARTIN HIRSCH lui-même à peine nommé aux affaires nationales et gouvernementales qui , lui , avait daigné me répondre , allant même jusqu'à me communiquer une information pouvant m'être utile ! ! Je veux bien croire que vos responsabilités sont multiples , mais en même temps je suis persuadé que vous avez certainement un personnel délégué et sûrement qualifié pour traiter de demandes d'administrés comme la mienne . Demande devenant de plus en plus urgente !!!

Maintenant j'en reviens à ce qui m'amène de nouveau à vous contacter directement . Aprés maintes tribulations qui durent depuis plus de quatre années désormais , je souhaiterai obtenir une réunion pluridisciplinaire avec des représentants des services et organismes concernés (OPHLM , CDAPL , Services Sociaux et de Solidarité , etc …) en ma présence , afin que je puisse , arguments et documentation à l'appui, m'exprimer pour y être entendu et ainsi répondre à toutes les questions utiles à la mise en oeuvre d'une étude sérieuse et approfondie de ma situation et de ses difficultés , pour m'aider enfin , à dénicher de véritables solutions pérennes . Surtout que ces solutions existent … Bien entendu s'il on veut bien m'accorder cette opportunité .

Etant donné le maigre budget mensuel dont je dispose pour faire avancer malgré tout mon projet d'activité (le faisant jusque-là par mes propres moyens : 400 euros mensuels pour vivre , régler factures et complément de loyer et tout le reste !) , j'ai dû faire le choix depuis six mois , de m'abstenir d'honorer le complément de loyer qui m'incombe de verser à l'OPHLM , les ayant prévenus du pourquoi de cette décision ainsi que de celle de mon impossibilité d'assumer tout plan d'apurement de dette avec si peu de budget à disposition . Avec cette lettre je ne demande pas non plus que l'on m'accorde une autre « perfusion sociale » comme celle de 291euros d'il y a quelques semaines , qui coûte à la collectivité et ne résout en rien ma situation durablement !

Dans ma situation , on se retrouve très souvent pris entre plusieurs feux , comme la morale de certains donneurs de leçon qui vous lancent à la figure : «  vous avez des devoirs à assumer ! » , à ceux-là il me vient de leur répondre « il faudrait d'abord que nos dirigeants nous montrent l'exemple et que pour pouvoir assumer ses devoirs , il est très important d'abord de pouvoir jouir totalement de ses droits ! » . Et puis , comment peut-on demander une chose pareille à quelqu'un , qui comme moi , devant vivre avec 400 euros par mois ? Alors qu'en même temps , on trouve le moyen de financer des guerres ou des banques responsables de la récession! Je tiens à rappeler aussi que la FRANCE n'est pas le NIGERIA ou la COLOMBIE ,voire la GRECE , l'ESPAGNE ou l'ITALIE que je connais très bien , mais un pays forgé sur de très fortes bases constitutionnelles de solidarité sociale et de fondamentaux dûs à son histoire et à ses citoyens.

Je pourrais ajouter à ces arguments , afin de le souligner à un niveau plus local et départemental , qu'il m'est arrivé régulièrement de voir inscrit sur des panneaux détaillant les budgets fournis pour la réalisation d'un simple rond-point , des sommes relevant de l'astronomique comme 600 000 euros (je m'y suis mis à 10 fois pour le relire !) ! ! ! Avec une somme pareille , on pourrait financer 60 projets comme le mien ! Ce qui équivaudrait à dire , le potentiel de 60 contribuables de plus pour la collectivité et l'intérêt général , comme autant de personnes sorties du cercle vicieux de la charité sociale au rabais mais , en attendant , que l'on hésite pas à culpabiliser à la moindre incartade (ce qui est mon cas actuellement) !

Car ce que je désire plus que tout , c'est de pouvoir vivre décemment de l'activité que je me suis choisi (activité même validée ,pour sa fiabilité et crédibilité, par des organismes et services dépendant de vos subventions ou autorité) , et ainsi pouvoir à mon tour payer des impôts pour contribuer à l'intérêt général !

C'est aussi pourquoi je me refuse et me suis toujours refusé d'accepter un travail dans un système du déréglement forcené , opposant les travailleurs entre eux : les sans papiers aux régularisés , les intérimaires aux CDD , les précaires aux CDI et les CDI aux fonctionnaires . Car tous sont tirés vers le bas par le moins disant social , par celui qui ne se donne pas (ou n'ayant pas ou plus) le choix de refuser d'être exploité à mort ! Bien souvent pour une besogne aux effets bien loin de l'intérêt général et plus prêt du productivisme à outrance n'assurant même pas une sécurité alimentaire décente ! Car voilà ce que l'on propose à la plupart , sans parler qu'actuellement , avec ce fameux prétexte de la crise , est accentuée la sempiternelle lutte entre les plus pauvres qui garantit à une minorité dominante toujours plus de gaspillage et d'abondance , que cela soit matériel ou financier , méprisant toujours un peu plus l'humain et la planète sur laquelle nous n'avons , tous , d'autre choix que de vivre ou survivre !!!

Enfin , j'en arrive à la fin de mon sentiment , pour aujourd'hui , qui m'amène à vous raconter tout cela . Prenez le temps de consulter le site , qui me coûte et m'a coûté beaucoup pour le réaliser , mais qui m'est indispensable (www.fmts-prod.com) qui concrétise l'existence et prouve mon activité . Peut-être que cela pourra vous aider à comprendre ce à quoi j'aspire comme objectifs et fonctionnement .

De surcroît , je suis en suivi professionnel pour ce projet avec l'ADECOHD où l'on tente de m'aider à déblayer de nouveaux horizons pour enfin trouver le financement nécessaire et mérité pour me permettre de travailler enfin sereinement et dans de bonnes conditions .

Mais pour le reste , je vous ai contacté aussi surtout pour que mon logis et besoins élémentaires me soient toujours assurés en attendant . Car cela serait plus qu'injuste , étant donné tout l'investissement personnel que cela a représenté pour arriver à ce que j'ai pu réaliser jusque là . De toute façon ,en cas d'échec de ce recours , je n'hésiterai pas à utiliser celui de la justice en m'aidant de tout les organismes et associations , jusqu'à la Cour Européenne des Droits de l'Homme . Qui pourrait peut-être ainsi faire jurisprudence , pourquoi pas ?

En espérant que vous ne pratiquez pas la politique de l'autruche ,

très respectueux de votre fonction .

 

ALAIN VALSECCHI  Le 21/12/09