AA/ Conditions de vie et moyens à disposition (depuis 4 ans et plus , toujours actuels) d'ALAIN VALSECCHI

Conditions de vie et moyens à disposition (depuis 4 ans et plus , toujours actuels) d'ALAIN VALSECCHI

 

A propos des frais détaillés auxquels je dois faire face :

1/ sans moyen de locomotion individuel (véhicule immobile depuis avril 2006 pour des réparations exhorbitantes compte tenu de mes ressources), devant faire mes déplacements entre NEVACHE/BRIANCON et l'ITALIE en autostop ou à pied (3 heures de marche en belle saison par le col de l'Echelle) ou encore en bus (très rares et coûteux !) pour ensuite pouvoir prendre le train selon à, BRIANCON, BARDONECCHIA ou OULX en hiver (et cela 2 fois en moyenne par semaine). Devant à chaque voyage bien calculer leur durée en partant à des heures très matinales (4h ou 6h selon la saison) pour être certain d'arriver à temps. Pour le retour la même chose. En budget tout cela représente une centaine d'euros par mois! J'aurais vraiment besoin d'un véhicule en état pour ces simples et quelques trajets ponctuels. En outre, je suis scandalisé quand je constate le nombre de voitures en bon état qui ont été envoyées à la casse ces temps-ci par cette prime gouvernementale, n'incitant que ceux qui en avaient le budget à se payer une voiture neuve, pendant que de nombreuses personnes comme moi ne peuvent toujours pas s'offrir un tas de ferraille de 1000 euros, juste histoire d'assurer leurs trajets indispensables! Quel honteux gaspillage!

2/ J'habite, donc, dans un logement de l'office public de l'habitat gérant le parc social et HLM haut-alpin, chauffé

par le moyen le moins économique qui soit: c'est à dire des convecteurs électriques! En conséquence, par mesure

d'économie, je ne les utilise pas! J'ai la grande chance d'être encastré entre tout les autres appartements de

l'immeuble, ce qui atténue un peu la chute de température en plein hiver. Il est interessant de rappeler qu'à NEVACHE

la nuit, la température peut descendre jusqu'à – 25°, voire moins encore!!! De surcroît, chaque année il est imposé, même tarif pour le pauvre et le riche et comme la TVA, près de 190 euros de frais d 'assainissement pour les canalisations d'eau! Heureusement, encore, je suis adhérent de l'association EAU SECOURS qui lutte pour le rétablissement d'une gestion publique de l'eau dans le briançonnais. Ce qui me permet ainsi et pour l'instant de ne payer que le forfait de consommation annuelle, même si vivant seul je dois payer autant qu'une famille nombreuse habitant l'immeuble, le logement n'étant pourvu de compteur individuel. En plus comme je m'efforce à tenir un comportement responsable et citoyen, j'utilise ce bien très précieux de manière plus que raisonnable!

3/ Arrivons en maintenant aux frais concernant la télécommunication (téléphone/internet). Je possède un mobile à

forfait rechargeable qui me coûte en moyenne 20 euros mensuels. N'ayant pas d'abonnement internet, alors que j'en ai

un besoin fondamental pour mon activité, je dois consulter dans des call centers payants quand je ne peux le faire à

l'espace gratuit de NEVACHE mis à disposition par la mairie. Je me débrouille comme je peux aussi , en utilisant

celui de mes amis et collaborateurs en ITALIE. Pour conclure je dois financer avec mes maigres deniers un site

internet vital au déveleoppement et à la preuve existentielle de fonctionnement de mon activité (www.fmts-prod.com)

me coûtant 50 euros mensuels (la raison de mon impossibilité d'honorer le complément de loyer, ayant dû faire ce

choix), je l'explique clairement dans les deux lettres adressées au président du Conseil Général Mr. JEAN-YVES

DUSSERRE ainsi qu'au service de solidarité, que cela soit son directeur Mr. GERARD TRUPHEME et l'assistante

sociale qui m'est déléguée Mme COMBET (qui elle connaît plus que bien ma situation et mes aspirations, que

j'avais aussi déjà alerté de mes difficultés naissantes il y a plus de deux ans déjà).

4/ En faisant dès maintenant l'addition de tout cela et en y ajoutant les frais de factures courants (assurance logement,

électricité, etc ...) on en arrive à 220 euros mensuels. Alors si j'y ajoutais le complément de loyer, cela me ferait

330 euros!!! QUE L'ON M'EXPLIQUE ALORS COMMENT FAIT ON POUR VIVRE, C'EST A DIRE MANGER  S'HABILLER SI BESOIN NECESSAIRE, LE MINIMUM VITAL QUOI , DANS UNE SOCIETE AUSSI CHERE QUE LA NOTRE AVEC 70 EUROS PAR MOIS ??? DEJA QUE JE ME DEMANDE COMMENT JE PEUX TENIR EN FAISANT COMME JE FAIS!!! De plus, je commence à accumuler quelques dettes (qui elles aussi sont nécessaires pour avancer dans ce que je m'engage à développer, comme des frais de 350 euros pour une masterisation dans un studio de qualité (toujours en fonction du site), sans parler de la reconnaissance de dette que je me dois d'honorer pour la bonne marche et la continuité de fonctionnement du site. Je suis, depuis ces presque cinq bonnes années, trimballé de gauche à droite et de droite à gauche en faisant toutes les démarches possibles et inimaginables pour trouver le moyen de financer mon projet et activité, afin d'avoir enfin tout les éléments matériels et indispensables pour être concrétement productif , opérationnel et rentable! Ce pourquoi, je m'évertue, de façon improvisée, d'aller m'inscrire jusqu'à l'URSSAF en croyant ainsi m'ouvrir l'opportunité d'accés à l'obtention d'un prêt. Résultat : quoi que fasse une personne dans mon cas, il s'avère que l'on ne prête effectivement qu'aux riches et non à ceux qui comme moi débordent de motivation et d'innovation!

5/ Une fois inscrit à l'URSSAF, je viens à dépendre pour ma couverture maladie du RSI, système de protection relevant plus de l'abject selon mon expérience. Surtout pour se retrouver à ne plus pouvoir bénéficier de manière opérative de la CPAM, et en conséquence de manière non opérative de la CMU qui m'est indispensable dans ma situation… Ai dû attendre six mois pour que mon dossier soit à nouveau régularisé, six mois où j'étais sans aucune protection ou couverture maladie! Période où j'ai eu en plus besoin de soins concernant le suivi médical lié à l'incident cardiaque que j'ai affecté en mars 1999. Du coup je suis encore redevable d'une partie des honoraires des examens au service de cardiologie du Dr TAFANI de GAP. J'ai même été obligé de payer de ma poche les médicaments cruciaux qui m'avaient été ordonnés, enfin ceux que j'ai pu! Sans parler des soins buccaux dentaires que je nécessiterais, il suffit que j'ouvre la bouche pour le constater!!!

6/ Il faut ajouter aussi, que toutes ces démarches, tout ces courriers A/R et réalisations de dossiers (fourniture variées, photocopies, etc… m'occasionnent d'autres frais supplémentaires non négligeables, sans oublier que l'on vous impute aussi les frais d'huissiers et lettres recommandées vous étant assignées dans les charges locatives! L'OPH05 n'est il pas un organisme et service à vocation social pour le logement? Je veux bien admettre qu'ils doivent être en dessous pour l'offre et en surplus de demande, mais leur fonction leur impose t-elle aussi de pratiquer le système du:

«DESHABILLER PIERRE POUR RHABILLER PAUL OU JACQUES???».

Commentaires de conclusion

Je tiens à signaler que pour moi, habiter à NEVACHE, représente plus un avantage qu'un inconvénient, d'abord

pour sa proximité avec l'ITALIE qui me permet ainsi, à la bonne saison, de m'y rendre facilement (même si c'est

à pied ou en autostop) pour maintenir et faire progresser toute l'activité de mon projet. Mais aussi d'être surtout

dans un endroit qui éloigne des tentations futiles d'une agglomération urbaine. Les éléments relatés dans ce rapport font déjà partie de tout un dossier en possession de Mme COMBET depuis cinq ans (j'en viens d'ailleurs à me poser des questions sur son rôle et son efficacité…). J'ai rédigé tout ceci afin de faciliter à tous, c'est à dire à chaque représentant de chaque organisme et service concerné, une meilleure compréhension avec une description la plus résumée possible tout en étant la plus détaillée. J'espère que cela aidera surtout à porter un jugement bien plus objectif sur les solutions à porter à ma situation pour qu'elles soient durables et servent ainsi à améliorer si possibles d'autres situations semblables et contraintes à survivre dans ce genre d'impasse. La plupart des gens en grande difficultés passent leur temps en général à maintenir une apparence voulant montrer qu'ils ne sont pas pauvres ou en grandes difficultés, et le véritable problème part de là, tout du moins dans notre pays. Ce qui se cristallise par un isolement des uns confronté à l'individualisme des autres, arbitré par le jugement d'une administration implacable, froide et souvent dépassée. En cas d'échec de ce tour de table, que j'espère sera empreint du bon sens de tous, je m'empresserai dans la minute suivante de faire de ma situation un bastion de revendication, de lutte et de symbole pour combattre ce genre d'infâme injustice qui n'a plus lieu d'être dans un pays comme la FRANCE.

 

Le 19 janvier 2010 . ALAIN VALSECCHI .