RESUME CONVOCATION RDV A LA MDS DE BRIANCON DU 6 MAI

Publié le par collectifdu15mars

Chers lecteurs et amis qui me lisent depuis le début de mon action...

Vendredi dernier, c'est à dire il y a une semaine je me suis rendu à la Maison Des Solidarités de BRIANCON pour y rencontrer les personnes m'étant attitrées pour mon suivi social et dans l'objectif de m'aider à dénouer l'engrenage périlleux où je suis de par mon éventuelle expulsion le mois prochain, mais aussi pour l'aboutissement du financement de mon activité professionnelle.

Je tiens à vous dire que ce rendez-vous a tourné court...

Voilà donc ce qui s'est passé durant cet entretien et il est de mon devoir de vous prévenir tant, à ma sortie ce matin là, mon désenchantement était indescriptible sur le moment et l'est tout autant encore !

A peine reçu par le directeur, lui même, sur un ton chaleureux (comme si il se souciait tant que ça de ma santé, vu sa mine de circonstances, vous savez un peu comme celle que prennent certains colporteurs de l'info officielle selon la nouvelle à relater aux journaux télévisés) me demandant si j'allais bien après toute cette période délicate de mon action de grève de la faim en mars et avril dernier...

Enfin bref, on me reçoit dans un bureau à part où j'y retrouve l'assistante sociale déléguée à l'insertion. 

Je demande alors où est la personne devant s'occuper de négocier par médiation avec l'OPH 05 pour mon maintien dans mon logement, étant donné l'importance et la priorité d'être fixé pour l'argument,.on me rétorque que je la verrai après... Je ne dis rien mais commence à douter de l'entrevue.

Je leur présente alors en introduction mes différentes factures si invraisemblables et qui me sont impossibles à régler compte tenu de tout les évènements récents et de mon plus que ridicule revenu, ainsi que la lettre d'accompagnement de l'U.L. CGT de BRIANCON pour me permettre de repayer mon complément de loyer.

Tout les 2 font mine de les ignorer. D'ailleurs je ne vais pas tarder à savoir pourquoi...

En attendant, je leur demande s'ils ont bien pris connaissance et attentive lecture des 2 pages/documents que je leur ai laissé 3 semaines plus tôt à l'accueil de leur MDS. Documents relatant clairement mes difficultés actuelles et leurs impératifs accompagnés de la mise en marche points par points pour faire aboutir le financement de mon activité au près de cette nouvelle structure aux initiales AAAA... Ainsi je leur demande s'ils ont bien pris contact avec cet organisme durant ces dernières semaines afin de pouvoir les informer de l'urgence et de ce en quoi il s'agit me concernant...

Réponse : "et bien non, nous ne l'avons pas encore fait puisque nous voulions avoir votre autorisation pour !".

Et là je viens juste de comprendre qu'ils sont là pour se foutre de moi ou quoi?. Vu que depuis le mois d'avril et en plus en entretien informel avec ce même directeur en pleine grève de la faim dans les locaux de la CGT à GAP, je lui avais dit que cela m'allait à condition que cela soit pour me garantir le financement en question.

Et BADABOUM voilà que l'entretien vire au vinaigre... Je leur dis tout de go : "mais mon aval vous l'aviez sinon à quoi bon... Et cela depuis ma première conversation téléphonique avec votre directeur du pôle des solidarités, de la cohésion sociale et de l'insertion du conseil général!

Vous me prenez pour un con une nouvelle fois ou non? Dois je de nouveau me remettre en grève de la faim jusqu'à me retrouver entre 4 planches pour me faire entendre cette fois-ci?".

Et voyez ce que l'on m' a répondu :"ah là Mr VALSECCHI, vous n'allez pas de nouveau exercer ce chantage?".

Mais quel chantage puisque personne étant habilité ou représentant toutes ces instances n'ont pas la minime parole ou engagement tenu, je suis tout de même bien placé pour le savoir depuis toutes ces années que l'on me fait tourner en rond et en bourrique!!!

Maintenant nous en arrivons au bouquet de ce RDV...

Avec eux, posé bien en évidence sur le bureau le fameux CLI (contrat local d'insertion) que l'on vous fait signer chaque année pour justifier le maintien du RSA (c'est à dire dans mon cas à l'heure actuelle de la somme mirobolente de 410,95 euros/mensuels et donc pour toute l'année à venir!).

Car, je découvre enfin le but de cette convocation. Il leur faut absolument ma signature en bas à droite de la dernière page du document en question...

Et puis juste avant que je leur pose la question fatale à la durée de cette pitoyable et hypocrite entrevue, je reçois en pleine face me faisant comme un vilain 'larcen" dans les oreilles de la part du directeur de ce respectueux organisme public et social : "mais Mr VALSECCHI, votre activité n'est elle pas A.T.Y.P.I.Q.U.E. ?"...

"ATYPIQUE dîtes vous? Mais comment cela se fait il que 3 organismes ayant pignon sur rue dans le département et ayant la tutelle de ses plus hautes instances comme celle du conseil général l'ont ils validé par 3 fois?" lui réponds je dans la foulée.

Et là, j'en ai plus que marre!!!

Je leur demande si par hasard leur véritable intention ce jour, ne serait pas de me renvoyer dans une nouvelle usine à gaz avec un nouveau contrat me traînant encore sur au moins 6 mois avec 2 RDV mensuels de suivi sans aucune garantie d'aboutissement pour son financement !!! Mais par contre j'aurai de nouveau le sublime privilège d'avoir fait validé mon activité pour une quatrième fois... Il va falloir que je prétende au GUINESS des records...

J'en ai les bras qui m'en tombent !

Evidemment après ces indispensables et importantes nouvelles, je décide de me lever et de partir en leur envoyant à la figure qu'il était hors de question que je signe un truc pareil, apparemment juste fait pour leur permettre de me mettre dans une voie de garage pendant, au moins, les 6 prochains mois...

Bonjour l'action social du d'abord "déshabiller PIERRE pour rhabiller au rabais PAUL ou JACQUES!" et ensuite du comment maintenir dans la précarité permanente, voire définitive le "pauvre imbécile assisté" que je suis parmi malheureusement tant d'autres. Quels beaux lendemains en perspective pour tout les gens se trouvant dans le même genre de galère que la mienne et qui la vivent au quotidien depuis déjà un sacré bout de temps...

Donc je me suis barré avec tout de même ces dernières et très savantes paroles du directeur :"mais Mr VALSECCHI, sachez qu'en ne signant pas le CLI vous risquez que vous soit suspendu votre RSA!".

Quelle déclaration!

Que je suis parti enfin sans relever mais en me disant :"mais alors qui fait chanter qui dans cette lamentable histoire?".

Devant me rendre ensuite pour une semaine en ITALIE pour malgré tout faire avancer au mieux que je peux mon activité, une fois en voyage je me suis dit je leur laisse une semaine pour réagir et prendre conscience (s'ils en ont une? Car maintenant j'en doute vraiment...) de la connerie de leurs propos et de leur soi dîte nouvelle proposition. Ensuite en cas de total silence de leur part, voire de rétorsion injuste, je me promets de préparer et mettre en place prochainement avec mes amis du collectif toute une série d'actions revendicatives très spectaculaires, ce ne sont pas les bonnes idées qui nous manquent...

Enfin pour couronner le tout, je viens d'apprendre hier soir par les fameuses infos du message officiel qu'un autre savant, celui là il est ministre ou secrétaire d'état, peu importe, aurait lancé la lumineuse suggestion de foutre au travail d'Intérêt général les gens au RSA.

Ce qui pour moi équivaudrait à dire qu'être au RSA, c'est aussi donc être potentiellement un délinquant puisque les TIG sont prévus comme condamnations par la justice de notre pays.

Mais pire selon moi encore cela fait aussi penser à ce qui avait été instauré et imposé par l'occupant et le gouvernement fasciste de VICHY durant la seconde guerre mondiale, c'est à dire le service du travail obligatoire (STO) de bien sinistre mémoire.

Mais, tant qu'ils y sont ces si éminents et dîts compétents dirigeants nous gouvernant, cherchant par tout les moyens les plus populistes qui soient pour regonfler les sondages sur leur popularité en vue des élections présidentielles de" dans 1 an", pourquoi ne pas même le réinstaurer?

Non là les amis je suis dégoûté et pour cela je m'en tiendrai là pour aujourd'hui...

Ne vous inquiétez surtout pas je reviens bientôt, à moins que je sois obligé de prendre le maquis pour échapper à toute cette absurdité exponentionnelle et plus ascensionnelle que jamais, vraiment quelle époque passionnante que nous vivons!!!

BYe Bye Good Felows!

A PLEURER A EN RIRE ET SALUT LA SOCIETE !!!

 

 

 

  A Suivre ...

Commenter cet article