Communiqué de l'action du 19 mai 2010 devant le Conseil Général des Hautes-Alpes .

Publié le par collectifdu15mars

 

COMMUNIQUE DU COLLECTIF DU 15 MARS

(Action menée devant le Conseil Général des Hautes-Alpes le 19 mai 2010)

 

En ce jour du 19 mai 2010, le COLLECTIF du 15 MARS continue de rappeler par cette nouvelle action sa détermination et volonté ferme de faire appliquer les textes du Préambule de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1946 (art.25-1), réaaffirmé par la loi du 31 mai 1990 (art.1er) et faisant parti de la Constitution Française jusqu'à la mise en effet de la loi DALO du 5 mars 2007 .

 

Nous sommes donc ici aujourd'hui, en tant que COLLECTIF du 15 MARS, pour interpeller les élus et responsables du Conseil Général des Hautes-Alpes et, plus précisément, son président ainsi que le directeur du service solidarité et de l'action sociale du département . Car, en tant que représentants officiels et preneurs de décisions, les tenons publiquement responsables de contribuer à perpétuer la tolérance de l'intolérable, en cautionnant de par des subventions (argent public, donc celui des contribuables), des autorisations de gestion (par des organismes intermédiaires ou sous-traitants) normalement destinés à la cohésion et à la protection sociales , le logement entre autre, sans parler de ces commissions pluridisciplinaires aux décisions souvent arbitraires, qui semblent plus enclins à la rentabilité de leur rôle, voire du profit, que d'assurer la solidarité et les droits sociaux dont doivent bénéficier les plus pauvres et plus vulnérables, conformément à leur devoir inscrit dans le Préambule de la Déclaration Universelle des Droits de L'Homme, faisant parti de la Constitution de notre pays mentionné en début de ce présent communiqué .

Il serait légitime, aussi, de se poser plusieurs questions, dont en premier de se demander si les services et organismes départementaux et publics, devant se consacrer au domaine social, n'ont pas au contraire comme mission et comme objectif d'être rentables avant tout et même, s'il le faut, sur le dos des plus démunis, et en particulier sur ceux qui survivent avec des minimas sociaux indécents et logeant dans le parc HLM haut-alpin ?

Alors dans ce cas, pourquoi ne pas imaginer aussi que cette rentabilité soit imposée par le diktat d'un profit digne de l'actionnariat le plus élémentaire, l'état en l'occurence, au nom d'une soi-disante chasse au gaspillage de l'argent public ou de restriction du budget consacrés à cet effet, n'accablant, au résultat, toujours plus les plus faibles !

Pour cela, en tant que COLLECTIF du 15 MARS, nous vous tenons responsables, vous, élus locaux et départementaux ainsi que vos représentants du secteur social et attitrés à la solidarité de contribuer à maintenir un système immoral et surtout anticonstitutionnel, à bout de souffle, qui ne fait que démontrer ses limites, indigne d'une nation et d'une constitution comme la nôtre, par manque de courage politique et de véritable justice sociale ! Enfin, à la longue, vous ne faîtes, surtout, que contribuer ainsi à créer une masse de bêtes féroces pour très bientôt à ce train là !!!

Quant un pays comme le nôtre, cinquième puissance mondiale et patrie des Droits de l'Homme, surtout à cause d'une forte majorité de dirigeants de ses classes politique, économique et industrielle, est incapable de garantir à tout ses citoyens et surtout les plus vulnérables du travail ou activités professionnelles avec les droits et conditions respectables et légales aux revenus et salaires décents en adéquation avec le prix réel de la vie au quotidien, il a alors le devoir obligatoire de leur assurer, au moins, la garantie de leur logement, base vitale et socle fondamental de leur sécurité sociale la plus élémentaire !

Pour toutes ces raisons, le COLLECTIF du 15 MARS en appelle au rassemblement de toutes les bonnes et justes volontés citoyennes, politiques, syndicales et associatives pour obtenir, une fois pour toute, l'application de ces deux revendications et leus inscriptions définitives dans le registre des lois et de la Constitution Française !

Le COLLECTIF du 15 MARS appelle aussi toutes celles et tout ceux, quels qu'ils soient, se trouvant dans ces tristes situations, se sentant ainsi seuls ou isolés, accablés et angoissés par la violence de ces procédés indignes d'un pays comme le nôtre, les exhorte à ne plus se résigner, mais à se relever pour refuser d'accepter l'inacceptable !!!

En tant que COLLECTIF du 15 MARS nous réaffirmons : « QUANT UN PAYS COMME LA FRANCE EST INCAPABLE DE GARANTIR EMPLOI ET REVENUS DECENTS A SES CITOYENS, IL EST ALORS TENU DE LEUR ASSURER LOGEMENT, HABILLEMENT ET ALIMENTATION !!! » .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article