A PROPOS de l'INTERVENTION ORALE DE BERNARD LAVILLIERS LORS DE SON CONCERT LE 13 MAI 2011 à GAP en SOUTIEN à L'ACTION D'ALAIN VALSECCHI.

Publié le par collectifdu15mars

Chers amis qui me lisent et me soutiennent...

Le 13 mai dernier, lors de sa venue à GAP, j'ai tenté de solliciter BERNARD LAVILLIERS afin qu'il soutienne publiquement lors de son concert l'appel à souscription et à la solidarité pour le musicien, compositeur et autoproducteur que je suis en suite aux actions que je mène depuis près de 2 ans pour être entendu et satisfait de toutes les instances responsables et publiques quant à l'aboutissement du financement de mon activité musicale et professionnelle que ces mêmes instances ont validé par 3 fois au cours des 5 années précédentes...

Apparemment ma sollicitation a fonctionné puisque j'ai su par certaines connaissances présentes à ce concert, que BERNARD LAVILLIERS a interrompu son spectacle pour en faire part. Le drame c'est que je n'ai pu être présent moi-même, n'ayant pu que seulement lui faire parvenir un communiqué expliquant mon action, sans pouvoir pénétrer à l'intérieur de la salle du Quattro puisque sans billet et l'argent pour le faire, vu que cette action je l'ai improvisée le jour même et seul... J'ai pensé à lui, compte tenu de son attachement aux valeurs fondamentales de notre nation et surtout en tant qu'artiste qui s'emploie à relayer la souffrance de tant de gens privés de justice et des droits dûs à tout être humain .

N'ayant pû le rencontrer et ne sachant encore comment le joindre afin de le remercier de son aimable intervention, je tiens à le faire déjà par cette déclaration.

Et donc cher BERNARD, si par le plus pur hasard tu venais à lire ces lignes, je t'en remercie de tout coeur! Juste pour ajouter aussi que j'étais sur le parking du Quattro de 16h à 20h à attendre que l'on me fasse signe pour éventuellement entrer, mais surtout savoir si l'on m'autorisait à m'installer pour faire signer la pétition d'appel à souscription que j'avais préparé pour cela. Ne voyant personne venir de l'organisation pour m'informer, j'ai décidé de m'en aller, pensant que mon idée n'avait pas été retenue...

En tout cas, cette idée germe toujours puisque j'ai l'intention (même si je ne sais pas encore trop comment et avec qui...) de créer un collectif voire une association qui se baserait sur un appel au don par 1 euro par personne minimum pour constituer une cagnotte qui pourrait être mise à disposition pour des artistes musiciens qui comme moi connaîtraient le même genre de difficultés, à cause de leurs légitimes revendications d'indépendance, d'intégrité, de non compromis artistiques et sans concessions commerciales.

Justement dans le communiqué que j'avais adressé à B.L. j'y avais mentionné ce paragraphe qui disait : "cette action en ce jour du 13 mai 2011, est menée surtout pour que soit respectée la liberté de créer et de produire pour tout artiste quel qu'il soit en FRANCE ou ailleurs afin que soit assurée une diversité artistique et culturelle nécessaires à notre évolution à tous au delà des priorités commerciales et de rentabilité affichées démesurément dans la société aujourd'hui et depuis quelques années!".

Tout ceci est lié biensûr à des principes aux quels je suis plus que profondément attaché.

Il se trouve justement, qu'il y a quelques jours j'ai eu à avoir une dicussion virulente (de par mon intransigeance je dois aussi le reconnaître...) avec une personne de mon entourage concernant un certain point de vue mais aussi de goût en même temps sur la façon de faire d'être un artiste.

Dans cette vive altercation, je manifestais fortement mon rejet de cette "malzique" (terme qui plairait beaucoup à JOSE BOVE) qui inonde la planète de façon invraisemblable, proposant un son uniforme et  donc dénué de toute personnalité aux 4 de ces points cardinaux! Exactement de la même manière que dans la "malbouffe"! Ce que j'appelle moi la 'fast food music" dont les critères fondamentaux, colportés par les imposteurs ou usurpateurs de la musique que sont un grand nombre de ces DJs voyageant en jets privés plus connus pour faire danser les seins siliconnés et BEAUFS avec Rolex ou non de toutes les discothèques des Rivieras de ce monde, sont :"plus ils dansent, plus ils consomment, plus on s'en met plein les poches!" . Je suis bien placé pour le savoir puisqu'il m'est arrivé d'en cotoyer quelques uns au cours de certaines de mes péléginations en studios audio en ITALIE où j'ai pu entendre du genre: "t'inquiète, faut qu' ça bouge, on en a rien à foutre si on aime ou pas, l'important c'est que les beaufs sur la piste bougent leur cul!".

Donc en résumé, la qualité importe peu, tant que cela puisse ressembler à la "malzique" qui pollue universellement la planète. Le critère principal étant le pognon et toujours le pognon. D'ailleurs lors de cette altercation, mon interlocuteur m'a asséné celui que la personne dont il défendait la cause gagnait en moyenne 3000 euros/mois! Ce qui pour moi équivaut à dire, que je suis une merde puisque je n'arrive pas à vivre actuellement de la musique que je compose pour un tas de plein d'autres raisons absolument pas liées à la qualité de ce que je produis mais aussi surtout pour mon intégrité ...

Bref, pour enfin conclure l'argument. Selon moi, si l'argent gagné en faisant de la musique était le principal critère de qualité, je me demande pourquoi la plupart des plus grands musiciens et compositeurs ont ils vécus ou vivent encore dans la misère... Ensuite l'argent n'est absolument pas une valeur pour tout créateur et véritable artiste, car il lui est impossible de prévoir cela s'il est sincère avec lui même, ce qui est loin d'être le cas pour ceux qui vendent déjà la musique avant de l'avoir faîte!

Enfin, encore selon moi, faire de la musique ou pour tout autre domaine artistique, c'est avant tout proposé des questions, du rêve et des situations développant pour chacun sa propre vision ou imagination et non des impostures de pauses artificielles et superficielles communément rabâchées et banalement reproduites médiatiquement  dans une société au rabais .... Me suis je fais suffisamment comprendre compte tenu du vaste débat que cela représente...

Tout ça pour dire qu'après 44 ans réels de passion pour la musique dont près de 35 à y participer (entre concerts effectués et ouvrier du concert) et de maintenant 18 en tant que propre compositeur(4 albums autoproduits), il me semble que je suis bien en droit de porter un jugement sur le domaine... NON? 

Ca y est j'en ai fini pour cette fois, en disant seulement : "I VOMIT ON THESE BLOODY BASTARDS and DJ's LIARS of THIS FUCKING WORLD FAST SHIT MUSIC!!! (they know who they are!).

 

Bonne nuit les petits e SOGNI d'ORO.

 

A PLEURER A EN RIRE ET SALUT LA SOCIETE !!!

 

 

 

A suivre ...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article